«Who run the world ?»… certainement pas les femmes

«Who run the world? The girls girls!»  «Who run the world? The girls girls!» s’écrit la chanteuse Beyonce dans l’une de ses chansons populaires. Ce hit avait le tour du globe en 2011. On peut s’interroger quant à la création de cette chanson. Dans le milieu du showbiz, la femme n’est pourtant pas illustrée comme un symbole de dominance, mais plutôt comme une proie très facile à atteindre et dont on peut utiliser quand bon nous semble bref : la dominé.

Image

 

Pourquoi une telle chanson est-elle apparue ? Serait-ce pour redonner confiance aux femmes ou du moins leur donner l’impression que l’on se préoccupe d’elles ? Pourtant, la chanteuse Beyonce  (étant elle-même de la gente féminine) fait partie de cette génération de chanteuses très exhibées s’étant selon moi «vendu» à l’industrie au détriment de l’image de la femme.  Qui est-ce qui gouverne ici? Ce n’est certainement pas les femmes!

Elles se plient constamment aux exigences de la norme (élaboré par une culture collective) et veulent toujours en faire plus, se démarquer. Prenons par exemple Madona : son but a toujours été et sera toujours de provoquer. Pourquoi vouloir autant provoquer ? Pour avoir l’attention?

Selon moi, la faute sur le résultat de l’image de la femme dans les médias ne revient pas seulement aux hommes. Oui mes dames, vous avez compris, la gente masculine n’est l’unique responsable de notre situation… du moins, il ne l’est pas à 100%. Le fait est que les femmes ont toutes cette tendance bien ancrée dans leurs biologie à vouloir plaire et ce, même si le geste leur parait consciemment irrationnel. La femme a toujours voulu plaire et c’est pour cette raison qu’elle se plie aux exigences de la société. Ce comportement est, je crois, purement animal. Par exemple : Les meilleurs endroits pour analyser le comportement animal ou  voir même primitif des humain sont les bars, les night club plus particulièrement. Les mâles scannent les environs à la recherche d’une femelle à féconde tandis que celles-ci fait tout pour plaire à l’un d’eux. Bien entendue ce phénomène ne se répète pas pour un grande partie de la population. Cependant cela est bel et bien dans les clubs que l’on peut assister à ce comportement aussi flagrant soit-il.

 

En bref, je ne peux m’empêcher de croire que la femme n’aide involontairement en rien sa condition de par sa nature naïve et son énorme besoin d’attention. Que pouvons-nous faire alors pour améliorer la représentation de la femme dans les médias?  Ceci est malheureusement une question à laquelle je n’ai pas actuellement les compétences de répondre.

 

Image

Advertisements

En passant

Voici un texte que j’Ai publié le 10 avril en réponce à un ami blogeur. Il y avais 3 questions générales portant sur sur la langue française au Québec et la lutte pour sa déffence.

 

coucou ! 

Oui je peux répondre à tes questions 🙂

 

1-En effet, la langue anglaise fait indéniablement partie de notre vie. Il n’y a pas si longtemps, vers les années 30, presque tous les panneaux ou publicités étaient en anglais et ce, dans les gros centres tel Montréal et Québec. La très pauvre majorité francophone devait se soumettre aux gros bonnets anglais. Les canadiens français (le prolétariat) était obligé de parler la langue de leur employeur même s’ils ne la connaissaient à peine.  Donc une expression telle «take a walk» était aussitôt traduite mots pour mots. C’était la traduction la plus rapide et la plus simple et comme cela, on comprenait: «Prendre un marche »

La déformation de mots , l’utilisation d’expressions anglaises ainsi que l’utilisation de termes anglais sont à la base de la langue QUÉBECOISE (non le français) : Le Joual.

Les Québécois ont appris à intégrer l’anglais dans leur langage tout en gardant les traces de leur langue d’origine, la langue de Molière.

 

2-Pourquoi utilisons-nous autant de mots anglais dans la vie de tous les jours?

C’est une réponse très complexe à laquelle un sociologue contemporain pourrait répondre. Cependant, je crois connaitre l’un des facteurs :

Au Québec, les cours d’anglais font partie des 3 matières de base (soit le français, les mathématiques et l’anglais) au niveau scolaire. Dès l’âge de 6 ou 7 ans jusqu’au niveau pré-universitaire, (le cégep)  à 17 ou 18 ans, l’apprentissage de l’anglais est impératif pour l’obtention de diplômes. Il est donc certain que la langue de shakespeare soit si imprégné dans nos tête car la majorité des étudiants connaissent la langue.

Donc la langue québécoise n’est pas uniquement française.

               

3- Pour répondre à ta dernière question, au niveau de la prononciation, c’est que la plus part de nous n’ont pas seulement des origines françaises. La population c’est développée grâce aux nombreux immigrants français, polonais, irlandais, écossais ainsi qu’au loyaliste (c’est américains ayant fui la révolution américaine par loyauté pour la reine). Bref, notre nation est en quelque sorte un «modeling pot» de plusieurs ethnies différentes et cela explique la grande diversité de langages et de d’accents d’on nous avons hérité.

 

Alors voilà, si tu as d’autres questions, n’hésite pas !  😉

Surveillance

Bonjour ! Bonjour, aujourd’hui mon sujet est grandement influencé par de la théorie vu dans mon cours de communication de masse. La société de surveillance. Je vous avertis tout de suite mon article se veut alarmiste, à la limite paranoïaque.  Évidemment avec un tel sujet, il en est tout à fait normal

Tout le monde parle de liberté !  «Je suis libre, je peux faire ce que je veux » « On vit dans un pays libre ! » , mais la question est « est-ce qu’on est réellement libre ?»

La surveillance des médias sociaux.

Avec  les réseaux sociaux, difficile de l’être ! Évidemment on peut publier ce qu’on veut, mettre tout ce que l’on veut, mais ces monstres crée pour la plupart des gens une dépendance, personne ne peut le nier.  Et Facebook enregistre tout et garde tout, il revend l’information à des compagnies publicitaires. Les images que vous publiez ne vous appartiennent plus. Même Facebook peut briser votre carrière !! Par exemple, aux États-Unis, des policiers sont allés faire laver leurs véhicules de patrouille dans un lave-auto de fille séduisante (surement pour des étudiantes), des photos de cet évènement se sont retrouvées sur Facebook et ils ont perdu leurs travails.  Ce ne sont pas eux qui ont publié sur Facebook, mais les filles. Avec cette nouvelle on peut comprend qu’il faut faire attention à ce que l’ont fait, car TOUT peut se retrouver sur Facebook  ! et cela peut briser notre statut social, notre carrière, amener des conflits, etc. Bref, Facebook devient un moyen de nous observer,  nous contrôler. Un monstre de la médiatique. Faites attention à ce que vous publiez.

Les vidéos et pubs japonaises !

Bonjour à tous, je suis sur que tous ceux qui lit cette article en se moment on déjà visionné une vidéo provenant du Japon. Pourquoi j’ai décider dans parler aujourd’hui ? Parce qu’elles sont , marquante évidemment !! La plupart des gens qui visionne les vidéos japonaise restent marqué et ne les oublies pas, mais qu’est-ce qu’elles ont de plus que nos publicités( vidéos nord américaine) pour nous marqués ! voici une vidéo de gens réagissant à des vidéos japonaise.

Selon moi, c’est les différents culturel ! leurs humour n’est pas la même que la notre, elle est à un autre niveau qui sonne un peu plus bizarre pour nous, on est trop habitué a nos pubs américaine. Je trouve que leur publicité ajoute quelque chose de plus pars leurs bizarreté, elle nous marque et on se souviens mieux d’elle par la suite. Peut-être qu’on achètera pas le produit, mais on en s’en rappellera. Je trouve que ce phénomène est très intéressant surtout quand on les montres a nos amis ! En même temps, il y a des annonces des américaines qui peuvent équivaloir les annonces japonaises , par exemple les vieilles annonces de old spice et de skittles. Influence ou style ?

Sinon voici une vidéo de Antoine Daniel où il commente plusieurs vidéos japonaise.

 

 

 

La perfection

La perfection

Ce spécimen extrêmement commun provenant du centre de l’Amérique du Nord s’étant de plus en plus dans le monde. Il va s’en dire que son moyen de reproduction est spécialement efficace et qu’il lui est possible de s’accoupler avec tout autres formes de valeurs devenant ainsi de dominant, le mâle alpha. Ayant toujours vécu sur l’espace publique, cette race s’installe de plus en plus dans le domaine privé, jugeant que c’est un lieu plus confortable. En effet, son avancé dans les foyers des contribuables augmente d’une proportion de 75% par jour. La technique de survie de la perfection consiste à faire son nid dans votre garde-robe ou dans vos réfrigérateurs, pour ainsi dicter ce qui doit être jeté ou gardé. Bien entendu il est facile de voir et prédire les déplacements des meutes car ceux-ci sont en fonction des cotes de la bources.

La perfection a longtemps resté invisible à l’œil humain. Elle est restée un mythe, une légende. Personne ne voulait croire en son existence. Il était presque impossible d’en attrapé une due à son énorme rapidité et sa facilité de camouflage. Son camouflage consistait à se cacher sous une carapace variablement épaisse et ainsi disparaitre. On nomme aujourd’hui cette carapace : la simulation.

Un jour, grâce à notre bon gouvernement Américain et ses projets scientifique de haute qualité, il a été possible de percevoir la perfection même quand elle se cachait sous sa simulation. Grâce à un système bien influent et puissant, nommé le simulacre,  il était désormais possible de voir cette espèce si inconnue de l’homme. Certains hommes riches ont pu l’apprivoiser et en faire leur animal de compagnie. D’autre PDG d’entreprise l’on alors mie au grand jour et prouver leur existence en l’utilisant comme mascotte dans les publicités. Depuis ce temps, la perfection, cet animal ayant longtemps été impensable pour l’homme a pu faire son apparition dans nos vies. Certes, elle reste inaccessible par sa grande rareté et son coût excentriquement élevé. Aujourd’hui, seul les plus chanceux, les gens riche de ce monde peuvent se procurer cet inestimable spécimen. Elle reste néanmoins un rêves pour plusieurs.

Le mixage

*Malheureusement, je ne dispose pas de l’argumentation de 3Dception pour pouvoir comprendre cette inquiétude. *

Selon moi le cross-over est une bonne chose pour plusieurs raisons. La première est que celui-ci comble nos fantasmes! Ça ne vous ais jamais arrivé de vous dire : «AH ! Ça serait cool de voir tel personnage interagir avec tel autre personnage» ?   Moi souvent ! et le cross-over le permet !! Il permet aussi d’amener un peu de fraîcheur à l’histoire et surprendre le spectateur. En fait, le cross-over, peut être vu comme un concept qui se fait souvent recycler. La phrase « Everything is a remake » fonctionne ultra bien dans c’est circonstance.

Côté jeu vidéo

Souvent cette recette, est un excellent mélange, le jeu Super Smash Bross en est bien la preuve ! Effectivement, c’est le premier à être  un jeu de combat avec  les héros de différents jeux vidéo, mais cette nouveauté à attirer bien des petits gamer je suis sûr que la majorité des gens dans la vingtaine se souvienne d’avoir joué à ce jeu révolutionnaire et d’avoir adorer cela. Je me rappelle quand j’étais petite moi et mon frère louons toujours ce jeu au vidéoclub.  Et presque tous les amis gamer que je connais aiment ce jeu.  Bon je généralise j’utilise qu’un exemple, libre à vous de juger si cela n’est pas suffisant.

LES MINIJEUX FACEBOOK !! !!

 

Mise en contexte ? Tout le monde qui a un Facebook connaît l’existence des minijeux facebook parce qu’on a tous un ami qui nous envoie 20509065960950 et je ne sais trop quoi de demande d’aide pour farmville, pets society, pets ville, etc.  Bref, quand ta une notification tes tout heureux « Yeah quelqu’un m’a écrit de quoi ! » et naaaaah c’est faux !!! C’est une mau… demande de jeu ….  (On peut voir que je suis accro a Facebook…. )

alors je me suis demandé pourquoi c’est minijeux simples et stu….  Son si populaire  sur facebook !! Pourquoi ? !!

Bon dans l’assemble, ces jeux sont une façon de passer le temps, comme tout autre  chose.  Mais, en réalité ils sont des monstres  de la dépendance !  Il y a la plupart du temps une limite par jour d’action qu’on peut faire, il y a toujours la notion de niveau (d’augmentation), y’a énormément de pub !!! , pour pouvoir augmenter plus vite on peut payer …. Sinon, il faut inviter nos amis pour pouvoir débloquer des trucs hyper cool ….? Et BAM on reçoit pleins d’invitations ! Pourquoi les gens aiment ça ? Voilà une question que je me pose. J’en ai déduit que c’est parce que c’est en ligne ! On peut comparer notre maison à celle de nos autres amis Facebook« AH j’ai plus de chat que lui !!, cool je suis trop awesome»« Regard ma baraque fictive a 1million de dollars, elle est trop belle !» et c’est là que j’ai fait le lien avec la matière vue en classe ! Peut-être que je me trompe, mais selon moi ces minijeux comble un besoin de consommation, je parle de cette consommation qui nous sert a créé un statut social, à faire nos péteux de brou.

Une autre question me viens ensuite ! est-ce une bonne chose ?

La production de masse… En société, ou simplement dans une classe.

Je suis parfaitement en accord avec la création de blogues  concernant l’univers du web, l’univers médiatique et l’univers sociale de notre société. Il est fondamental  d’éduquer notre population  à la critique et au jugement réfléchi. Ce sont présentement des points que nous devrions mettre en premier plan afin d’assurer une santé intellectuelle au sein des citoyens.

Donc je suis en parfait accord avec l’implantation d’entrées de blog dans le cadre de notre cours de Théories générales de la communication de masse. Cependant, il a un point que j’aimerais soumettre : Nous n’avons pas tous les mêmes  capacités intellectuelles et la même facilité d’écriture.

Je m’explique, nous somme un bon nombre d’étudiants dans le cours. Certain écrient des entrées de blog à 1000 mots, d’autres en écrivent à 200 mots. Serte dans le cadre du cours, 200 est acceptable, mais les niveaux de qualité et de pertinence des articles est bien.  C’est là qu’embarque mon inquiétude : Je ne suis pas une intellectuelle. Je me prononce mieux en parlant qu’en écrivant. Je préfère dessiner plutôt que d’écrire. J’ai plus de motivation et d’imagination devant une machine à coudre que devant un clavier. Je possède des connaissances générales mais peut d’entre elles sont utiles pour écrire un article d’une grande qualité….

Ce que J’essaie de dire, C’est que les milieux intellectuel n’est pas fait pour tout le monde (mais cela vous le savez déjà, vous savez tout) . Parfois, les mots, l’intonation et le vocabulaire de certaines personnes nous écrase. On se sent petit, idiot, et impuissant. Les mots d’un intellectuel sont comme les cornes d’un taureau, c’est leur moyen de défense et dattaque. On se sent intimider. Si on écrit un article plus ou moins intéressant, certain n’hésiterons pas à vous «blaster» (pardonné mon langage).  Il y a ici une sorte de compétition qui me met mal à laisse. Il est difficile d’avoir de la crédibilité surtout si nous ne sommes pas certain de notre propre écriture.  Certains me diront que je «capote» pour rien. Il en est fort possible. Mais je tien a dire que c’est un stresse présent pour moi et peut-être que certains des sentirons concerné.

Je ne parle pas non-plus de la motivation. Certaines personnes ont énormément d’idée pour leur entré de blog. Bien entendu la motivation varie d’une semaine à l’autre. Cette semaine encore, je ne suis pas beaucoup inspiré. J’ai eu la chance (de deux à trois fois) d’écrire un article qui me motivait. À l’inverse, j’écris des entrés de blogs qui ne me rejoignent pas vraiment car je dois me soumettre aux exigences du cours. C’est pourquoi, aujourd’hui,  je jette ma frustration du moment dans cet article. Faire quelque chose qui nous est imposé, je trouve cela horrible. Dans le contexte du cours, le nombre d’entré de blog est peut-être un peu trop élevé, mais je sais très que cet exercice pratique nos habiletéà développer notre œil critique.  Le cours de Théories générales de la communication de masse m’a appris beaucoup de choses jusqu’à maintenant, mais je reste dans le stress et la peur de ne pas être assez «intelligente». Oui, c’est dit. Je voulais juste souligner le stresse que peut procurer un tout petit exercice et tenez note que je ne suis pas la seule.

«Mais force toi un peut !» , «tu dis ça juste parce que ça te tente pas!», «lâche…», «Ça pas d’Allure s’que tu dis !»  me direz-vous, mais je maintien ma position.  Je ne dénigre en rien l’expérimentation de créations de blog. Je dis seulement que ce milieu me rend mal allaise et qu’il me démotive énormément par la pression intellectuelle.

Je vais néanmoins essayer de m’améliorer.

Le Fanservice = Divertissement et Aliénation

Pour les amateurs de mangas ou d’animes japonais, il n’est pas rare d’entendre très fréquemment le terme «fanservice». Cette technique consiste à faire plaisir aux fans, à émoustiller leurs l’intérêt envers l’émission et envers certains personnages pour ainsi pousser au paroxysme leur engouement et la matérialisation de leurs fantasmes.

Image

Ce terme a été inventé au Japon mais il existe depuis bien longtemps : Même depuis l’ère des pin-up du début du XXe siècle. Cependant, Le fanservice ne fait pas seulement référence à la sexualité. Je m’explique : Les désirs des fans peuvent être tout bonnement de l’attachement à certains personnages. Donc un geste comme mettre un personnage secondaire en avant-plan seulement pour répondre à la demande des fans est une forme de fan service. Bien entendu cette methode n’est pas utiliser pour le bonheur de l’auditoire mais bien pour l’argent.

Donner aux fans ce qu’ils veulent, ce qu’ils ont envie de voir et ce qu’ils pensent qu’ils vont voir est du pure fanservice, donc : Une forme d’aliénation.

Ceci m’amène à la théorie du spectacle de Guy Debord. Le fan service découle du divertissement télévisuel qui provoque une forme d’aliénation chez le spectateur. De plus en plus de compagnies d’animation, de film et de jeux vidéo adhèrent à ce principe. On donne à l’auditoire ce qu’ils veulent : de l’action, de l’action, des femmes, de l’action, des explosions, des voitures, de la violence et de l’action. Certes je généralise au maximum, mais pourquoi y a-t’il autant de médias rapportant c’est éléments? Le peuple, aliéné par sa soif d’aventure et de fantasmes en demande toujours plus : la preuve, la population répond toujours en grand nombre à la sortie d’un nouveau film d’action. Pour ce qui est des documentaire (ce qui traite de la vrai vie) c’est plus rare.

 

Image

Là est la critique du fan service au niveau des médias. Par exemple, les mangakas devenues populaire et travaillant pour de grosses maisons d’édition doivent très souvent modifier leur scénario prévu de longue date car leur éditeur, ayant reçu de nombreuse plaintes et commentaires, impose certains changements dans le scénario et peut même demander à ce qu’un personnage en particulier meurt ou soit retiré de l’histoire. Cette situation contraint l’auteur et réduit sa créativité en pensant toujours aux critiques ou aux demandes. En d’autres mot, il s’agit d’une problématique. Le publique répond tellement bien au fanservice qu’il encourage sans le savoir le «déjà existant» et non l’innovation.

Voulons-nous d’un monde toujours sensiblement semblable ? Je ne crois pas. Il est vraiment dommage que la créativité, le sens esthétique et l’innovation soient brimés par le divertissement et le capitalisme (car oui, le fanservice est un enfant de la consommation).

Image

 

Note :

L’un des types de fanservice se nomme de Eichi (un style de manga consistant à montrer les culottes des jeunes filles aux formes vertigineuse au décolleté plus profond de que le grand canyon et ce, de façon aléatoire et gratuite) Sera l’un de mes principaux éléments pour traiter de la société du divertissement d’un point de vue féministe. 

Cosplay

Pourquoi se déguiser ?

Je dis ‘’déguiser’’ pour que tout le monde comprenne, mais le terme le plus approprié est Cosplay !! Pour commencer, qu’est-ce que le cosplay ??  Bon , le ‘’cos’’ du mot cosplay  signifie  costume et le ‘’play ‘’signifie  playing !  Il s’agit de joué le rôle du personnage qu’on costume. Cette pratique a vu le jour lors des sorties des films de Star Trek, les amateurs de ces films se costumaient pour assister à la présentation des films.   Bref, il existe beaucoup de conventions de manga,anime, comic, etc … où les gens font  du cosplay ! Bon il y’a aussi plusieurs niveaux (novice, intermédiaire, master)  et sorte de cosplay ( mascotte,armure, cosplay traditionnel) .Je suis moi-même une adepte  ce nouveau phénomène de plus en plus grandissant.

Suite à plusieurs cours de communication de masse je me suis questionné sur la motivation, des cosplayeurs ( gens qui se cosplay) J’ai réalisé que le cosplay permet aux gens de faire la réalité et de ce crée une sorte de simulation qui est d’être quelqu’un d’autre, changer de personnalité de look, bref ressembler à ce à quoi nous voulons être, physiquement et psychologiquement. Vous rêvez d’incarner un méchant de jeux vidéo ? Vous le pouvez !  Mais pourquoi vouloir être ce qu’on n’est pas ? Selon moi, c’est la société du spectacle qui nous fait germer cette idée de vouloir vivre comme ceux de la télé, on veut être comme eux, car la vie semble tellement plus palpitante que la nôtre.

Évidemment,  le cosplay devient aussi un prétexte pour se montrer et montrer de quoi on est capable (couture, maquillage, broderie) pour la plupart du temps c’est pour combler un besoin d’attention.  Bref, pour de courts instants avoir le sentiment d’être unique, d’être cool .On est cool surtout quand le costume est complexe et très bien exécuté.

artworks-000011765243-jfzobu-original

Comme toute bonne simulation, un simulacre est créé ! Les gens embarquent crois en la simulation et associe les personnes aux personnages qu’il cosplay et les cosplayeurs sont même idéalisés. Quand la simulation est bien réalisée  et est présentée dans une convention, une marée de photographe professionnel ou non accourt vers celle-ci.

Par exemple, voici Jessica Nigri, une cosplayeuse qui est mondialement connue.

jessica_nigri_by_shashinkaihi-d6mlajv

En fait, le cosplay peut aussi être vue comme un art du spectacle, car on peut se montré en public et joué un rôle, celui d’un personnage fictif comme les acteurs sauf qu’à la fin il n’y a pas de film, mais il y a ça !!!

http://www.youtube.com/watch?v=LpRzj4jGf4Q

Le cosplay a aussi envahi les médias sociaux!! La plupart des cosplayeurs passionnés (et peut-être avec besoin d’attention) ont leurs pages Facebook de cosplay ! Comme cela tout le monde sur internet peut voir leurs réalisations ! Et cette pratique est très courante ! Bref, on peut comparer les cosplayeurs à des mannequins.